A propos


A propos Parrainage civique

À propos Parrainage civique

HISTORIQUE

C’est le 17 mars 1983 que l’organisme fut fondé. Mais à l’époque, il se nommait Parrainage civique de St-Hyacinthe.

L’organisme est issu d’un besoin de la communauté. Il a pour but de permettre à des personnes vivant avec une incapacité d’avoir un parrain civique. Celui-ci, créer une relation d’amitié et d’entraide et, de plus, amène son filleul vers une intégration et une participation sociale. 

 

Shémas a propos de Parrainage civique au fil des années

 

L’organisme est bien ancré dans son milieu. Il a fait parti de la première vague de diffusion du mouvement Parrainage civique au niveau québécois (1970-1990).

Les besoins des personnes vivant avec une incapacité ne se limitait pas à la région de St-Hyacinthe. L’organisme est donc devenu, en 1991, le Parrainage civique région maskoutaine.

Toujours dans un esprit de transformation sociale, l’organisme poursuit son œuvre jusqu’à la MRC d’Acton au début des années 2000. C’est quatre ans plus tard (2004) qu’il devient le Parrainage civique des MRC d’Acton et des Maskoutains.

Logo de l'organisme Parrainage civique (a propos)


A propos Parrainage civique

PHILOSOPHIE



A propos de l'historique du Parrainage civiqueLa philosophie du parrainage civique vient du Dr. Wolf Wolfensberger. Celui-ci développa, dès 1966, la formule de parrainage par des citoyens pour faciliter le retour à la vie normale de ses patients ayant des incapacités intellectuelles.

Le parrainage civique est un processus de développement personnel et social. Par celui-ci, une personne, peu importe son handicap, pourra développer au maximum son potentiel dans un contexte culturel donné. Elle offre des possibilités d’épanouissement et de perfectionnement des aptitudes, afin que les personnes ayant une incapacité soient perçues d’une façon de plus en plus positive par la société.

Afin d’y arriver, Wolfensberger croit que nous devons veiller à ce qu’elles aient les mêmes sortes de possibilités que les autres gens. Il recommande que ces personnes doivent vivre dans des milieux semblables à ceux de l’ensemble de la population, avoir des possibilités d’épanouissement et de perfectionnement des aptitudes, participer à des activités courantes avec l’ensemble de la population et instaurer des relations avec d’autres personnes de leur collectivité.

Selon Wolfensberger, la philosophie du parrainage civique varie selon les cultures et les sociétés. Au Québec, elle est définie comme un programme de soutien par un citoyen bénévole à une personne marginalisée pour sa différence de capacités ou de santé, dans un contexte qui n’est ni professionnel ni institutionnel et qui s’exprime d’abord et avant tout dans une relation de personne à personne. La philosophie du parrainage civique est axée sur la promotion des intérêts en particulier par une relation d’amitié et de support affectif de la personne filleule (rôle d’ami). Le parrainage civique est synonyme d’une relation d’amitié privilégiée entre un citoyen bénévole et une personne handicapée, amitié favorisant chez cette dernière un cheminement vers une plus grande autonomie et intégration sociale (RPQC, 2007, Cadre de référence).

 

Témoignages