Le trouble du spectre de l’autisme

Les troubles du spectre de l’autisme

Chaque année au Québec, 1 enfant sur 80 recevrait un diagnostic de trouble du spectre de l’autisme, ce nombre augmentant de 25% annuellement. Une hausse qui pourrait s’expliquer par le fait que les professionnels de la santé et les parents sont mieux informés quant aux signes précurseurs du spectre de l’autisme.

Qu’est-ce que le trouble du spectre de l’autisme?

Il s’agit d’un trouble d’origine neurologique et sensoriel qui affecte plusieurs sphères du développement de l’enfant. Les messages transmis par les sens vers le cerveau sont reçus différemment, menant à une interprétation tout aussi différente de la vie et de l’environnement.

Quelles sont les causes?

Les origines exactes du spectre de l’autisme sont encore mal connues.  Selon la communauté médicale, une prédisposition génétique aurait toutefois été clairement démontrée. Parmi plusieurs autres facteurs en cause, on a également dégagé trois approches scientifiques qui seraient associées au déclenchement de l’autisme :

  • Une prédisposition génétique évidente
  • Un trouble provenant du système nerveux central (neurobiologique)
  • Des facteurs environnementaux : pollution, agents infectieux, métaux lourds, etc.)

Quels sont les comportements observés chez une personne vivant avec un TSA?

Chaque personne vivant avec un TSA présente des caractéristiques qui lui sont propres. L’intensité des manifestations peut donc considérablement varier d’un cas à l’autre. Toutefois, pour la majorité d’entre elles, on peut regrouper ces comportements à l’intérieur de  trois grandes sphères de développement : la communication, les interactions sociales, et les comportements liés aux intérêts et aux activités.

Les atteintes liées à la communication

  • Difficulté à comprendre un message
  • Incapacité à entreprendre ou à soutenir une conversation
  • Tonalité ou rythme inhabituel du langage
  • Absence de langage (verbal et non verbal)

Les atteintes liées aux interactions sociales

  • Difficulté à interagir avec les autres
  • Difficulté à regarder les gens dans les yeux
  • Propension à l’isolement
  • Difficulté à gérer ses émotions et celles des autres
  • Réaction négative aux marques d’affection

 

Les atteintes affectant le comportement lié aux intérêts et          activités

  • Champs d’intérêt restreints et répétitifs
  • Une hypersensibilité au bruit, ou le contraire
  • Mouvement inhabituel du corps
  • Intérêt pour les activités qui requièrent de mémoriser des données
  • Préoccupation excessive envers un seul sujet

Trouble du spectre de l’autisme : la possibilité d’un haut potentiel

Si les personnes vivant avec un TSA sont sujettes à expérimenter des limitations au quotidien, plusieurs sont dotés d’une mémoire encyclopédique et présentent de fortes aptitudes dans des domaines bien définis : en électronique, en mécanique, en musique, en  histoire, en géographie, en mathématiques, etc.

Les stratégies d’intervention

Comment doit-on agir lorsqu’on est en présence d’une personne ayant un TSA? La réponse varie selon le cas. En effet, ce sont les symptômes observés qui permettent d’établir un type d’intervention optimal pour aider ces personnes à fonctionner au mieux de leurs capacités dans la société.

Voici quelques exemples d’approches utilisées :

  • Utilisation de pictogrammes (photo, pictogramme, dessin)
  • Instauration d’une routine (la nouveauté peut générer du stress)
  • Éviter les contacts physiques (la majorité n’aime pas être touchée)
  • Lors d’une conversation, éliminer les stimuli (ex. : éteindre la radio)

Quand faut-il consulter?

Si votre enfant présente certains traits similaires à ceux évoqués plus haut, il peut être avisé de consulter votre médecin de famille en lui indiquant tous les comportements susceptibles d’indiquer la présence du TSA. Pour confirmer le diagnostic, le médecin vous conseillera de visiter le centre d’évaluation de votre région. Attendez-vous toutefois à devoir patienter de un an à deux ans avant de pouvoir obtenir un rendez-vous.